Corse : Dans les secrets de la Plaine

Vignes Plaine Corse dégustation vin

Ce n’est pas la région la plus courue des touristes, et tant mieux ! La Plaine orientale cache encore de nombreux trésors patrimoniaux et gastronomiques : berceau de la viticulture corse, elle produit encore la grande majorité des vins rosés vendus en supermarché. Mais derrière cette production de masse se cachent quelques pépites à découvrir de toute urgence…

Voyager dans le vin de la Plaine orientale:

Mes coups de coeur en Plaine orientale:


On la traverse souvent sans la voir, cette plaine ponctuée de clubs naturistes, de villes mornes alignées le long de la route, de champs de clémentiniers. Et pourtant, la Plaine orientale de la Corse vaut mieux qu’un passage. Plus importante zone agricole de l’île, on y produit non seulement les fameuses clémentines de Corse mais aussi des kiwis, des noisettes, des huîtres, de l’huile d’olive et du vin, beaucoup de vin.

En s’enfonçant vers les premiers contreforts de la montagne, on découvre les villages perchés de la Castagniccia, dont la châtaigneraie a fourni pendant des siècles la farine encore présente dans les recettes corses. Vous croiserez plus de cochons et de chèvres que de touristes sur ces petites routes en lacet qui montent vers des promontoires d’où la vue porte sur tout la plaine, du sud de Bastia à Solenzara.

C’est sur ces terres que les premières vignes furent plantées par les Phocéens installés à Alalia, l’actuelle Aleria. On peut encore se promener dans les rues de la cité antique, haut-lieu du commerce avec le reste de la Méditerranée, que les Etrusques élevèrent au rang de capitale de l’île. L’histoire du vin en Corse rejoint parfois l’histoire de la Corse elle-même. Après avoir été le berceau de la viticulture, Aleria est devenue au XXème siècle le berceau de la revendication nationaliste.

C’est ici que le 21 août 1975, Edmond Simeoni occupa la cave d’un viticulteur rapatrié d’Algérie afin de manifester contre les pratiques frauduleuses de certains pieds-noirs qui produisaient un vin de piètre qualité, souvent destiné à être mélangé avec d’autres jus du continent. Les affrontements armés firent deux morts dans les rangs de la police et valurent la prison à Edmond Simeoni, devenu un symbole de la lutte de la nation corse.

Dans la Plaine, vous dégusterez les huîtres de l’étang de Diana, les noisettes de Cervione, les clémentines corses, la pulenta à la farine de châtaigne de Castagniccia accompagnée d’un figatellu, la célèbre saucisse au foie qui se mange grillée en hiver… Un régal !

Aujourd’hui, le vignoble corse s’est apaisé et la plaine conserve quatre grandes caves coopératives qui produisent des vins de consommation courante, gardant néanmoins le souci de la qualité. Les rosés vendus dans les grandes surfaces du continent proviennent majoritairement de ces coopératives, qui produisent à elles seules la quasi-totalité des vins en IGP Ile de Beauté.

De plus petits vignerons tentent de se faire une place dans cette plaine productive : du dynamique Domaine Vecchio au brillant Christian Estève du Clos Canereccia à Aleria, la relève est assurée sur la Plaine.

Voyager dans le vin de la Plaine orientale

Farniente au Domaine Vecchio

Domaine Vecchio Corse vin
(c)AC
Domaine Vecchio Corse vin
(c)AC

Il faut s’éloigner un peu du « périph », comme Florence surnomme la route qui traverse la Plaine en ligne droite, pour trouver le Domaine Vecchio, au pied des premières montagnes. Là, entrez et prenez votre temps. Florence, la maîtresse des lieux, va vous aider à vous relaxer car elle est un peu magicienne : ses cuvées Mélusine ou Beau-tri-tys sont des élixirs de bonheur. Et que dire du petit dernier, un rosé spécial déconfinement, dont les étiquettes nous appellent à nous libérer de nos chaînes et à prendre du bon temps ? Une potion magique anti-virus, à n’en pas douter.

Domaine Vecchio Corse vin
(c)AC

Autour de la cave où Florence vous accueille, les vignes de Niellucciu contemplent la mer et les îles italiennes. On aimerait bien être à leur place. D’ici peu, ce sera possible : une terrasse couverte d’une tonnelle accueillera les apéritifs prolongés après la dégustation. Le principe : dégustation classique au caveau et si vous avez envie de farniente, vous pouvez acheter une bouteille et vous poser à côté des ceps. Accompagnez tout ça d’une planche de charcuterie fabriquée par le cousin de Florence dans le village voisin, et vous êtes près du bonheur. Pour prolonger le plaisir, vous pouvez même réserver un des deux gîtes situés juste en face de la cave, ouverts à l’année. Pour les dégustations et la visite du domaine, la cave est ouverte de 9h à 12h et de 14h à 19h. Si vous voulez une visite plus approfondie, mieux vaut prendre rendez-vous. Infos et réservations : https://www.domainevecchio.com/ / 06.03.78.09.96

Plonger dans les amphores au Clos Canereccia

Clos Canereccia Corse vin
(c)AC
Clos Canereccia Corse vin
(c)AC

C’est un plongeon dans l’histoire du vin qui vous attend à quelques kilomètres d’Aleria. Au Clos Canereccia, Christian Estève, plus connu sous le nom de « Titi », a retracé l’histoire du vin au temps des Etrusques dans un mini-musée avec vue sur sa cave. D’ailleurs, en observant bien, vous comprendrez vite le lien entre cette exposition et les vins du Clos Canereccia : les amphores, dans lesquelles Christian Estève élève les vins rouges pendant 12 mois et le vermentinu (blanc) pendant 5 mois. Des pépites à découvrir, ainsi que ses nombreuses cuvées, élaborées avec le plus grand soin par ce vigneron perfectionniste qui a transformé le domaine familial, apporteur de raisin à une coopérative, en une cave particulière désormais réputée.

Clos Canereccia Corse vin

Pour le visiter, n’ayez crainte : « Titi » peut sembler bourru au premier abord, il vous « macagnera » sans doute un peu (macagner quelqu’un = se moquer gentiment), mais il est ravi de recevoir des visiteurs. Vous pouvez vous y rendre sans rendez-vous, de 9h à 12h et de 13h à 18h (ou 19h selon… l’ambiance du jour !), une visite des vignes et de la cave vous sera certainement proposée en plus de la dégustation. Des formules avec « apéritif vigneron » autour de mets traditionnels sont également possibles sur réservation, à partir de 15€ par personne. Attention, Titi a une règle d’or : « Que les gens qui entrent avec le sourire repartent avec la banane ». On vous aura prévenus ! Infos et réservations : 04.95.34.17.85 / http://www.closcanereccia.com/

Se poser au Domaine Terra Vecchia

C’est l’un des plus grands, si ce n’est le plus grand domaine viticole de Corse : en bordure de l’étang de Diana, le Domaine Terra Vecchia déploie ses vignes sur 200 hectares. Depuis le rachat des terres par Jean-François Renucci en 2011, le vignoble a été replanté en cépages corses (niellucciu, sciaccarellu, vermentinu,…), converti à l’agriculture bio et doté d’un œnologue pour élaborer les cuvées. Des Terra Vecchia très abordables aux Clos Poggiale issus de sélections parcellaires, ce poids lourd de la viticulture corse produit près d’un million de bouteilles chaque année, majoritairement du rosé, et exporte dans plus de 20 pays…

Pour déguster les vins, la cave est ouverte tous les jours (sauf le dimanche) de 10h à 19h en été. Vous pourrez également y découvrir la bière Kiara brassée au domaine. Pour une visite plus complète, il est possible de prendre rendez-vous au 04.95.32.33.01. Infos: https://clospoggiale.fr/

Mes coups de coeur en Plaine orientale

Se remplir la panse à U Rataghju

U Rataghju restaurant Corse
(c)AC

U Rataghju (prononcer « ratadiou »), c’est le séchoir à châtaignes et c’est bien dans un décor de ferme que l’on prend place pour déguster les spécialités de la micro-région de Casinca. En hiver, la pulenta, sorte de purée à base de farine de châtaignes, se déguste avec le figatellu grillé, le brocciu (le fromage frais local) et un œuf sur le plat. Un plat simple et roboratif à déguster après une bonne randonnée parmi les châtaigniers. Infos et réservations : 04.95.36.30.66

Partager la passion du cochon avec François Albertini

Charcuterie Albertini Corse Casinca
(c)AC

Ne quittez pas le village de Loreto-di-Casinca sans une halte à la charcuterie de François Albertini, sur la place du village. Charcutiers de père et en fils, et bientôt en filles, la famille Albertini élève ses porcs de race « nustrale » (locaux) sur les hauteurs du village où les cochons se régalent de glands et de châtaignes. François Albertini fait le déplacement en été sur le marché d’Ile-Rousse mais c’est dans son échoppe que vous pourrez découvrir le séchoir où pendent coppa, lonzu, prisuttu, figatellu… et toutes les spécialités charcutières de l’île élaborées avec passion. Infos : 04.95.36.30.24

Revoir l’Italie chez I Fuletti

I Fuletti restaurant Corse
Les polpettone magiques. (c)AC

Il a reçu les honneurs des plus grands guides gastronomiques mais un rockeur sommeille toujours en lui. Alessandro Capone (Al Capone, oui) réalise, dans son restaurant I Fuletti, une cuisine raffinée qui s’inspire de son Italie natale en utilisant un maximum de produits locaux. Il produit ses gelati lui-même ainsi que sa mozzarella, réinterprète la pasta sur mille et une tonalités et nous fait découvrir les polpettone della mamma, des paupiettes de veau aussi belles que bonnes. A sa table, restée accessible, vous vous sentirez vous aussi chouchouté par la mamma. Infos et réservations : 04.95.34.06.67

S’instruire au Parc Galea

Parc Galea Corse
(c)Galea

Passons aux nourritures spirituelles avec l’incroyable Parc Galea, un ovni dans le paysage corse. Dans ce parc, vous découvrirez une collection de cactus du monde entier, des plantes corses endémiques, mais aussi un véritable musée de la Corse qui vous fera découvrir son histoire et son patrimoine, des expositions temporaires… Et tous les week-ends, des conférences sur des thèmes variés (histoire, sciences, politique, santé,…) animées par des pointures (les grands singes avec Sabrina Krief, le défi climatique avec Valérie Masson-Delmotte, le bonheur avec François Durpaire, le travail avec Dominique Meda…). Infos : https://www.parcgalea.com/

Se balader entre les châtaigniers de Castagniccia

Couvent d'Orezza Corse
Le couvent St François d’Orezza. (c)AC

Vous avez goûté la pulenta, maintenant il est temps d’aller rendre visite aux châtaigniers. La Castagniccia, qui en tire son nom, est peuplée de ces vieux arbres dont la plupart ont été malheureusement attaqués il y a quelques années par le cynips, un insecte qui a ravagé la châtaigneraie corse et a fait exploser le prix de la farine de châtaigne locale. On peut tout de même encore admirer les forêts de Castagniccia, au départ du village de Piedicroce, avec plusieurs sentiers très agréables. Un détour par l’ancien couvent d’Orezza est chaudement recommandé.

Boire un peu d’eau à Orezza

Source Orezza Corse
(c)AC

En Corse, on ne demande pas (jamais, malheureux !) un Perrier, on demande une Orezza. L’eau gazeuse locale est reconnue pour ses vertus digestives et sa teneur en fer. C’est d’ailleurs la couleur rouille des eaux qui vous frappera en allant visiter le site d’embouteillage, assorti d’une petite exposition photographique sur les débuts de l’exploitation des eaux d’Orezza. Une boutique en contrebas vous permettra de faire une pause rafraîchissante. On ne peut pas boire que du vin dans la vie. Infos : https://www.castagniccia-maremonti.com/eaux-orezza/

Se mettre au vert à Cervione

Ecotourisme Cervione Corse
Les insectes ont aussi leur hôtel. (c)AC

Avez-vous déjà pratiqué l’éco-tourisme ? Si ce n’est pas le cas, c’est le moment de vous y mettre : à Cervione, le centre d’éco-tourisme fondé par Gilles et Pascale va vous plonger dans la sobriété heureuse. Les maisonnettes s’intègrent dans le paysage, les matériaux sont locaux et naturels, la nourriture bio issue du potager en permaculture, les eaux usées retraitées grâce à un système naturel composé de roseaux et d’iris… Vous pourrez même donner un coup de main au potager et y prendre des légumes ! Pour vous reconnecter à la nature en toute sérénité, un séjour s’impose. En septembre et octobre, des stages de yoga, cuisine et chant polyphonique sont organisés sur place. Infos : http://www.ecotourismecorse.com/

La Corse orientale s’est engagée dans une belle démarche d’éco-tourisme pour mettre en valeur les éco-hébergements, les restaurateurs travaillant les produits locaux, les artisans…

A retrouver sur le site https://www.ecotourisme-corseorientale.corsica/

Découvrir le cochon corse à Moita avec Magali

Charcuterie Gozzi Moita Corse
(c)AC

Ses cochons, elle les aime, et elle est fière de les transformer en charcuterie. Avec Magali Gozzi, vous découvrirez toutes les facettes du métier d’éleveur, de la naissance des cochons à la dégustation de la charcuterie, et le village de Moita dont elle sera votre guide !

Magali vous accueille dans son exploitation tous les mercredis à partir du 14 juillet. Elle vous emmènera voir les animaux (demandez-lui de faire son fameux cri de ralliement) et ensuite à la charcuterie où elle vous expliquera comment fabriquer lonzu, coppa, prisuttu, figatellu… Un repas en plein air est prévu avant de partir visiter le village de Moita. Une belle journée authentique. 18€/adulte, gratuit pour les moins de 16 ans. Infos et réservations : 06.85.82.99.64

Aller se promener avec les chèvres au Capra Parc

Capra Parc Tox Corse chèvre fromage
(c)AC

Du porc à la chèvre en quelques lacets de route : sur les hauteurs de Tox, Audrey et Anthony vous accueillent au sein de leur élevage de chèvres corses. Elles ont des noms riants, des caractères bien trempés, des belles barbichettes et produisent un lait que Audrey transforme en délicieux fromage.

La ferme propose, durant l’été, des demi-journées en immersion les mardis et vendredis matin (8h30 à 11h30). Au programme : visite de la bergerie et rencontre avec les chèvres, initiation à la traite manuelle, dégustation et vente de fromage, puis départ pour un quart d’heure avec les chèvres sur leur parcours avant de les laisser gambader en paix… 10€/adulte, 7€/enfant (pack 30€ pour 2 adultes et 2 enfants). Réservations par SMS au 06.12.72.35.67. Infos : https://www.capra-parc.com/

Se régaler dans le jardin de Chez Marie

Restaurant Chez Marie Corse
(c)AC

Encore un Italien qui vous veut du bien. Sergio, le chef, et Pascal vous accueillent dans l’ancienne auberge de la susnommée Marie pour vous faire découvrir leurs spécialités italo-corses : des boulettes de bœuf bio, des pâtes comme là-bas, et en dessert des moelleux aux agrumes ou à la crème de marrons à se damner. Tout ça à déguster dans le jardin à la belle saison ou à l’intérieur, dans une déco cosy comme à la maison. Chez Marie fait aussi épicerie fine, bar, bureau de tabac et dispose de quelques chambres pour dormir. Que demande le peuple ? Infos et réservations : https://www.chezmarieencorse.fr/

Déguster de l’huile d’olive au moulin Oltremonti

Huile d'olive moulin Oltremonti Corse
(c)AC

Vous avez cru consommer de l’huile d’olive pendant toute votre vie, vous allez découvrir que vous n’en connaissiez que de pâles versions. Emilie et Ivo extraient de leurs oliviers une huile extra-vierge primée dans plusieurs concours internationaux prestigieux. Amertume, piquant, fruité : Emilie se fera un plaisir de vous expliquer ce qu’est une vraie huile d’olive vierge-extra et comment on la fabrique. Vous pourrez même vous essayer à la dégustation de l’huile d’olive comme ça, dans un verre, et croyez moi, vous allez en redemander. Infos : https://www.oltremonti.fr/fr/

Se faire masser (tout nu ou pas) chez Riva Bella

Thalasso Riva Bella Corse
(c)Riva Bella

Vous n’osez pas entrer dans un centre naturiste ? Vous vous accrochez à votre paréo comme la moule à son rocher ? N’ayez crainte, chez Riva Bella, on ne vous obligera pas à vous mettre tout nu pour profiter du centre de thalasso où hammam, sauna, parcours en piscine et jacuzzi vous mettront dans le bain avant un délicieux massage. Les soins sont faits avec attention et professionnalisme et les produits cosmétiques rigoureusement sélectionnés. Un massage face à la mer ou un rafraîchissement dans l’eau salée tout de suite après être sorti du sauna, ça vous tente ? Nous, oui ! (Attention, la thalasso est réservée aux plus de 16 ans car on peut y croiser des naturistes). Infos et réservations : http://www.rivabella-spa.com/fr/

Faire une cure d’huîtres sur l’étang de Diana

Huître étang Diana Corse
(c)AC

Elles sont bien grosses, bien fermes, bien savoureuses. Les huîtres de l’étang de Diana sont une rareté que les amateurs savent apprécier. Élevées dans l’étang, elles sont servies sur la table du restaurant tout juste à leur sortie de l’eau. Ces huîtres plates sont la seule espèce d’huître endémique d’Europe, décimée au XXème siècle par la surpêche et par des parasites, puis remplacée par l’huître creuse du Pacifique dans la quasi totalité des parcs européens. Seule la Corse et la Bretagne produisent encore cette perle rare. A ne pas manquer.

Rencontrer les Romains à Aleria

Aleria ville Corse
(c)AC

Sur les hauteurs de la ville, la cité antique regarde toujours vers la mer. Le site recèle de beaux vestiges de la ville romaine, rues, murs, temples. On y découvre l’histoire de la Corse depuis l’arrivée des Phocéens et on admire la vue sur toute la plaine. Un musée complète cette visite historique dans le berceau de la Corse. Infos : https://www.isula.corsica/patrimoine/Le-site-archeologique-d-Aleria_a10.html